Trouble érectile : quelles sont les causes d’une érection faible et molle ?

Comment ne plus subir de trouble érectile ? Pourquoi vous avez une érection faible ? Comment ne plus avoir une érection molle ? Il est vrai que la demi-molle en plein acte, ce n’est pas la classe. Je vais vous aider à être plus vigoureux et ne plus avoir la mi-molle faiblarde. Fin de la faiblesse sexuelle grâce à cet article : je vais vous expliquer les causes et donc les conséquences de votre problème érectile.

Les causes d’une érection faible et molle sont nombreuses et variées ; je rappellerai les principaux facteurs de dysfonction érectile.

Souvent, des facteurs bénins jouent un rôle important sur la qualité de l’érection et engendre des troubles érectiles : habitudes de vie comme l’alimentation, le sport, le sommeil…

Puis il y a des facteurs un peu plus gênants, comme les causes psychologiques, qui nécessitent parfois l’aide d’un spécialiste, afin d’en parler et d’abaisser certains blocages ; il existe aussi des causes physiologiques, mécaniques, liées à des maladies ou parfois simplement liées à l’âge.

Voyons plus en détail les causes possibles qui rendent votre érection « molle ».

erection molle

Cliquez ici pour savoir comment ne plus bander mou.

 

 

Érection faible et molle : les causes psychologiques

Bien souvent, les troubles érectiles sont associés à des facteurs psychologiques : stress, anxiété, dépression…

En fait, plus précisément, ces facteurs peuvent être la cause d’une diminution de l’excitation sexuelle, qui mène généralement à une diminution de l’érection. Mais comment ces facteurs psychologiques diminuent l’excitation sexuelle ?

Érection molle et faible : l’anxiété (ou le stress) laisse moins de place au plaisir sexuel

La première cause est que lorsqu’on est préoccupé, pour diverses raisons, notre esprit est focalisé et concentré, ce qui lui laisse moins de place pour le divertissement ou l’amusement, et à plus large échelle, moins de disponibilité pour la sexualité et le plaisir sexuel.

Trouble érectile : Les facteurs dépressifs abaissent la libido

La tristesse, la dépression ou un état d’épuisement mental sont des facteurs qui perturbent notre élan vital ; c’est à dire notre envie de « faire des choses ». Le sexe est une énergie de vie. Sans cette impulsion de vie, on peut perdre le désir d’avoir des rapports sexuels ou bien avoir envie, mais avec une excitation moindre. Les conséquences sont une érection affaiblie.

Il est même très fréquent qu’un trouble de l’érection révèlent ces états mentaux.

Troubles érectiles : Les conséquences physiques de la dépression

La dépression ou un état mental assimilé peut être la cause d’une baisse de dopamine, d’ocytocine ou de sérotonine. Or, ces neurotransmetteurs ont un impact sur notre libido et donc sur notre excitation sexuelle et notre érection.

Le stress, lui, peut sécréter de l’adrénaline, ce qui provoque un état de contraction général ; les artères se contractent et l’afflux sanguin diminue, ce qui gêne l’érection.

Voilà pour ces causes de troubles de l’érection.

 

Érection faible et molle : l’hygiène de vie

L’alimentation, l’alcool, le tabac, le manque d’activité physique, le manque de sommeil… Tous ces facteurs impactent notre sexualité et la qualité de notre érection.

Une alimentation saine et équilibrée permet de prévenir de certaines carences et donc d’une baisse de certaines hormones.

Des études récentes sont unanimes sur l’impact bénéfique du sport sur les fonctions érectiles. Il est conseillé d’en faire deux à quatre fois par semaine, pendant 30min ou une heure ; mais en faire ne serait-ce qu’une fois est déjà bénéfique.

Enfin, un sommeil sain est indispensable pour avoir une bonne libido et donc une érection satisfaisante. La phase de sommeil, notamment, permet de régulariser un certain nombre de sécrétions hormonales de notre cerveau, favorisant ainsi nos performances la journée.

 

Bande faiblement : baisse de libido au sein du couple

Une baisse de libido, qu’on soit en couple ou célibataire, peut avoir de nombreuses causes : psychologiques, physiologiques…

Comme je l’ai détaillé plus haut, les facteurs psychologiques sont importants pour la qualité de l’érection.

Il arrive parfois en couple que l’on s’essouffle et c’est normal. Si la routine s’installe, que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans la sexualité, il y a de fortes chances pour que votre excitation sexuelle diminue et donc que votre érection diminue.

N’hésitez pas à aborder le sujet avec votre conjoint ; il est important de pouvoir parler de ce genre de sujet, même si ce n’est pas toujours évident. Il est cependant nécessaire de pouvoir en parler sereinement, plutôt que de laisser une gêne ou un problème s’installer.

 

Érection molle et faible : maladies chroniques

Toutes les maladies chroniques sont connues pour influencer la libido et l’érection ; certaines maladies plus que d’autres comme :

– Le diabète ;
– Le cancer ;
– Aussi : les maladies neurologiques (comme la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques) ;
– Les maladies cardiovasculaires (comme l’angine de poitrine ou l’hypertension artérielle) ;
– Les maladies respiratoires, notamment l’apnée du sommeil ;
– Également : les maladies inflammatoires chroniques ;
– L’infection chronique par le VIH.

L’impact général de ces maladies sur la sexualité et l’érection

Une maladie chronique est une maladie pour laquelle il faut être suivi à vie ; ce n’est donc jamais une bonne nouvelle. Que cette maladie soit grave ou non, son annonce peut provoquer un choc psychologique : c’est ce qu’on appelle « l’effet annonce ».

L’impact de cette annonce peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois, ce qui influe souvent négativement la libido ou votre excitation sexuelle (tout comme l’anxiété ou le stress).

Il faut ensuite s’adapter à sa maladie : avoir un suivi médical, un traitement, changer de rythme de vie, changer ses habitudes du quotidien, son alimentation… Cette phase d’adaptation est souvent une période difficile pour un individu, alimentant des états dépressifs et donc une baisse de libido comme nous l’avons détaillé plus haut.

Par ailleurs, certains médicaments prescrits dans les traitements de ces maladies peuvent impacter notre libido et la qualité de votre érection ; notamment les antidépresseurs ou les médicaments de l’hypertension artérielle.

Des traitements chirurgicaux peuvent également entrainer des complications, comme un dérèglement du système des artères par exemple, diminuant ainsi l’afflux sanguin dans le pénis.

 

Trouble d’érection et maladies cardiovasculaires

Plus de la moitié des hommes qui ont une maladie cardiaque ou vasculaire, ont aussi une dysfonction érectile.

En effet, d’un point de vue médical, l’érection est un phénomène vasculaire: pour avoir une érection satisfaisante, il faut que les artères qui amènent le sang dans le pénis et que les artères du pénis fonctionnent bien. L’hypertension artérielle peut donc gêner l’érection, par exemple.

Comme pour les maladies chroniques, l’aspect psychologique est également fort et impacte grandement notre libido et notre érection.

La particularité des maladies cardiovasculaires est que l’homme peut avoir peur du rapport sexuel, notamment à cause d’un risque d’infarctus. Si ce doute est présent, il faut en parler avec un médecin ou un cardiologue ; avoir une maladie cardiovasculaire ne veut pas dire nécessairement que le rapport sexuel est contre-indiqué.

Enfin, tout comme pour une maladie chronique, il est parfois difficile de savoir si c’est la pathologie qui provoque une dysfonction érectile ou les traitements.

 

Préservatif et érection molle/faible ?

Capote rime avec perte d’érection ?

Un aspect que l’on oublie souvent mais qui pourtant touche de nombreux hommes ; ce phénomène s’accentuerait même au fil des années : la pose du préservatif est pour beaucoup d’hommes un moment délicat.

L’excitation sexuelle lors de la pose du préservatif peut retomber, ce qui diminue l’érection, voire la rend impossible.

Il est normal d’éprouver ce genre de difficulté et cela ne touche pas uniquement les hommes ; l’excitation sexuelle d’une femme peut également retomber lors de la pose du préservatif, si ce moment « casse les ébats » ou dure trop longtemps.

Enfin, pour certains hommes, la diminution du plaisir liée à une baisse de frottement du pénis et du gland à l’intérieur du vagin est trop forte, ce qui peut conduire à une perte d’érection pendant le rapport.

Dans ce cas, prenez des préservatifs fins et ajoutez une goutte de lubrifiant à l’intérieur pour améliorer les sensations et donc votre érection.

 

L’âge : un facteur naturel d’une baisse de libido

Dernièrement, l’âge est également un facteur important d’une baisse de libido ou de dysfonction érectile. On ne peut pas lutter contre le temps. Il est normal, après un certain âge, que certaines fonctions sexuelles diminuent.

Il existe pour autant des solutions pour les hommes qui souhaitent néanmoins continuer leur vie sexuelle.

Un médecin sexologue aura les meilleurs conseils et un traitement adapté au cas par cas.

En conclusion, les causes d’une érection molle et faible peuvent être bénignes ou plus sévères ; parfois, il s’agit juste d’un état passager et d’une cause psychologique particulière.

Le mieux est de consulter un médecin si ce problème persiste et vous préoccupe, afin d’identifier les causes possibles d’une dysfonction érectile.

erection faible

Travaillez sur votre forme physique et mentale et tout devrait aller bien.

Voilà comment ça marche l’érection et donc ses troubles.

Yann, ancien bande-mou